Premières Rencontres Nationales de l’Inclusion par le Sport : plus de 400 personnes réunies

C’était l’événement du premier trimestre 2022 pour l’ANPSS ! Le 9 mars dernier, ce ne sont pas moins de 400 personnes qui étaient présentes à l’Espace associatif des Doucettes de Garges-Lès-Gonesse, pour assister aux Premières Rencontres Nationales de l’Inclusion par le Sport. Un rassemblement attendu, dont l’objectif, au-delà de promouvoir la performance sociale du sport, était surtout de parler d’un projet : l’engagement de 7 fédérations (Athlétisme, Badminton, Basket, Boxe, Judo, Tennis de table et Clubs Omnisports) pour l’inclusion par le sport.

Pour cela, l’ANPSS et le consortium des 7 fédérations ont présenté ce jour un programme inédit d’inclusion sociale, inscrit dans le cadre du Plan d’Investissement Compétence (PIC). Ce programme a pour objectif d’accompagner dans les deux prochaines années près de 1200 jeunes issus des QPV vers l’emploi, sur 11 territoires prioritaires. Un projet ambitieux, qui peut servir de catalyseur pour le domaine de la Performance Sociale du Sport !

C’est donc dans ce cadre que l’ANPSS, en partenariat avec la ville de Garges-lès-Gonesse, a pu mettre en place ce grand événement. Parmi les personnes présentes, Elisabeth Borne, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, Roxana Maracineanu, Ministre déléguée chargée des Sports, Benoit Jimenez, Maire de Garges-lès-Gonesse, Philippe Rio, Maire de Grigny (élu meilleure maire du monde, véridique !), Thibaut Guilluy Haut-Commissaire à l’Emploi et à l’engagement des entreprises et Carine Seiler, Haut-Commissaire aux Compétences, des représentants associatifs et aussi des directeurs généraux d’entreprises qui s’investissent dans l’inclusion par le sport, comme le Crédit Agricole ou Décathlon. En bref, du beau monde !

La première partie de l’événement était surtout consacrée aux discours : c’est ainsi qu’ont pu défiler sur scène les ministres, les maires, les représentants d’associations, les directeurs généraux, mais également des jeunes inscrits dans des associations sportives. Les élus et responsables politiques, entrepreneuriaux et associatifs ont pu parler, ou échanger, à propos de leur engagement dans la cause de l’inclusion sociale par le sport. Les jeunes ont eux livré leurs témoignages, et raconter comment leurs parcours de vie avaient été influencés par les associations dans lesquelles ils pratiquent leurs sports.

Les adhérents de l’association roubaisienne Parkour59 ont également pu faire une démonstration de parkour et faire découvrir ce sport urbain aux participants de cette journée. Le Boxing Club de Garges a quant à lui installé un ring de boxe dans la salle, permettant aux jeunes du club de monter sur le ring avec les ministres présentes.

Enfin, la journée s’est clôturée par un moment d’échange entre les participants autour d’un buffet dans une ambiance conviviale.


Rebonds!

Rebonds! utilise le sport comme outil d’éducation et d’insertion sociale et professionnelle auprès de publics en difficulté en région Occitanie Pyrénées Méditerranée.

Depuis 2004, des cycles éducatifs rugby sont animés par des éducateurs en co-construction avec les référents éducatifs en écoles élémentaires, en classe SEGPA de collèges, en temps péri et extrascolaires, dans des structures spécialisées et d’accueil de personne en situation de handicap mental.
Les jeunes les plus intéressés par la pratique et les plus en difficulté sont alors licenciés dans l’un des 52 clubs de rugby partenaires de l’association. Ils intègrent alors le “Suivi Rebonds” et bénéficient d’un accompagnement individualisé dans leur parcours de vie.

Autour du Projet Insertion Rugby, projet fondateur de Rebonds!, plusieurs autres se sont développés à destination de différents publics : l’Essai au Féminin pour les jeunes filles de quartiers prioritaires, Rugbymix’ pour les personnes en situation de handicap mental ou encore le Parcours Sport Animation et le PASSE pour des jeunes en décrochage scolaire et/ou sans aucune formation.

RDV sur leur site internet pour en savoir plus.


L’ANPSS, lauréat du PIC

Coordonnées par l’ANPSS, 7 fédérations sportives ont remporté un appel à projet PIC (Plan d'Investissement dans les Compétences) « 100% inclusion » lancé par le Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion. Ce sont ainsi les fédérations françaises de Judo, Basketball, Boxe, Badminton, Tennis de table, Athlétisme, et des Clubs Omnisports, qui ont choisi de se mobiliser et de dédier une partie de leurs moyens et de leur volonté pour les jeunes et leur avenir.

Ces structures se sont ainsi lancées dans une grande mobilisation pour les jeunes des QPV, avec un projet d’inclusion sociale et professionnelle à l’échelle nationale, qui débutera courant 2022.

Le projet est né d’un diagnostic simple : la crise sanitaire a eu un lourd impact sur le taux de chômage des jeunes de 18 à 25 ans, qui a atteint 21,8% en 2021. Le nombre de jeunes au chômage a effectivement augmenté de 16% en à peine 1 an. Pire, les jeunes résidents en QPV ont été deux fois plus touchés par cette vague de chômage.

L’objectif du dispositif est multiple : engager les clubs sportifs comme véritables acteurs de l’inclusion, permettre la remobilisation et l’insertion professionnelle des jeunes grâce au sport, et créer une dynamique locale d’insertion par le sport avec les partenaires institutionnels. De manière générale, il s’agit de solidifier le maillage d’un réseau associatif déjà bien ancré et bien développé dans l’ensemble des territoires du pays, qu’ils soient urbains ou ruraux. En témoignent les 17 000 clubs et les plus de 3 millions de licenciés affiliés à ces 7 fédérations.

Concrètement, ce sont 37 clubs, répartis sur 15 territoires identifiés sur 10 régions qui bénéficieront de ce programme, soit 1 170 jeunes qui seront accompagnés sur la durée complète du parcours. L’objectif est qu’au moins 50% des jeunes qui seront accompagnés aient trouvé un débouché (emploi CDI/CDD, formation, entrepreneuriat) à l’issue de ce parcours.

Un projet d’une telle ampleur est une grande première ! Il associe plusieurs fédérations sportives ainsi que des experts de l’inclusion par le sport. Il permettra sans conteste de développer un « levier d’accroche » efficace pour toucher les jeunes des QPV, pour instaurer un dialogue, des relations durables, pour les aider, et contribuer à construire leurs parcours professionnels.

Pour concrétiser cela, l’ANPSS rassemblera le 9 mars, à Garges-lès-Gonesse, les « Premières Rencontres Nationales de l’Inclusion par le Sport », où seront présents de multiples acteurs de l’inclusion par le sport, mais aussi la Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, ainsi que la Ministre déléguée chargée des Sports.


L’ANPSS lance sa campagne d’adhésion pour l’année 2022 !

Après une première année d'existence riche en activités, et ce malgré les contraintes sanitaires, l'ANPSS lance sa campagne d'adhésion pour l'année 2022.

Forte d'un réseau de 64 membres (associations, fédérations, collectivités locales, entreprises), l'Association Nationale de la Performance Sociale du Sport a su mener à bien les différentes missions qu'elle s'était fixée pour l'année 2021, notamment en mettant en place les webinaires mensuels, en créant le projet 100% inclusion avec le consortium de fédérations, ou encore l’instauration de Service Civique pour des associations adhérentes.

L’ANPSS souhaite cependant continuer sur cette lancée et accroitre son développement, ce qui lui permettra d’accroitre son champ d’action et ses marges de manœuvre pour l’inclusion par le sport. Et pour cela, elle a besoin d’adhérents ! Ce sont ces adhérents qui lui permettent d’exister, ce sont eux qui contribuent à sa notoriété, et c’est grâce à ces adhérents que les projets pensés par l’ANPSS peuvent voir le jour.

Pour nos territoires, pour nos jeunes, et pour leur réussite sociale et professionnelle, l’ANPSS compte sur les membres de son réseau pour renouveler leur adhésion, et sur l'adhésion de nouveaux membres afin de continuer les projets en cours et en développer de nouveaux.


Colloque Sport & Société « Les nouveaux enjeux de la performance sociale »

Le colloque Sport & Société « Les nouveaux enjeux de la performance sociale » de la Fédération Française de Badminton s’est déroulé le 26 novembre 2021 au Palais d’Iéna (75016). C’est tout d’abord Yohan Penel (Président de la FFBaD) qui a pris la parole pour prononcer le discours d’ouverture de ce 4ème colloque sur l’impact sociétal organisé par la FFBaD. Cet avant-propos a été, pour lui, l’occasion de donner sa définition de la « performance sociale » qui est une vision d’un monde idéal à construire dans lequel tout le monde est en bonne santé, où tout le monde est considéré́ à sa juste valeur, où tout le monde a confiance en l’avenir, où on libère la créativité, où on pense collectivement avant tout autre chose. Il a aussi évoqué le rôle essentiel des associations sportives qui participent à construire ce monde sur le terrain. Il a enfin rappelé les 4 piliers du projet de performance sociale de la Fédération Française de Badminton qui sont l’éducation, l’écoresponsabilité, la santé et l’inclusion.

Florence Kavita (Responsable nationale de l’Association Nationale de la Performance Sociale du Sport) est intervenue pour présenter l’association et le bilan de cette dernière, un an après sa création. L’association compte aujourd’hui 64 membres (associations, fédérations, collectivités, entreprises…) et réalise diverses missions dont la coordination de projets avec notamment des projets lauréats du plan d’investissement dans les compétences (Trajectoires et 100% Inclusion avec un consortium de 7 fédérations).

 

Guillaume Naslin, Délégué Général de la Fondaction du Football, a mis en valeur le fonds de dotation du football français à travers le laboratoire d’innovation sociale (programme d’essaimage de projets issus du terrain) et les trophées Philippe Séguin (qui permettent de mettre en lumière et donc de valoriser les actions de terrain).

Thomas Breuzard, directeur de Norsys,  (entreprise de services numériques dont le métier est de concevoir et de développer des logiciels, des systèmes d’informations, notamment dans le domaine de la santé) a fait découvrir à l’assemblée le modèle de « permaentreprise » mis en œuvre au sein de son entreprise. Il s’agit d’un modèle de développement largement inspiré de la permaculture (mode d’agriculture fondé sur les principes de développement durable) qui repose sur 3 piliers : prendre soin des humains, préserver la planète et se fixer des limites (notamment environnementales).

Catherine Arenou, Maire de Chanteloup-les-Vignes et Vice-Présidente de l’ANPSS, ainsi que Philippe Rio, Maire de Grigny, sont ensuite intervenus pour évoquer le Conseil National des Solutions et les dispositifs mis en place autour de cette démarche. Les deux intervenants ont alors pu mettre en avant le plan d’équipements sportifs de proximité (5 000 terrains de sport d’ici 2024), les cités éducatives, le projet de création des cités olympiques et l’opération 1 000 dojos.

Sylvain Benaïn, Vice-Président de la FFBaD, a conclu ce colloque en remerciant l’ensemble des intervenants qui sont venus présenter leurs structures et les démarches qu’ils mettent en place dans le domaine de la performance sociale.


De gauche à droite : Thomas Breuzard, Philippe Rio, Florence Kavita, Yohan Penel, Catherine Arenou, Gaëlle Millon, Guillaume Naslin


Sport Dans La Ville

L’Association assure la mise en place et l’encadrement de centres sportifs dans des quartiers prioritaires. L’ensemble des programmes développés par l’association permet de favoriser l’insertion sociale et professionnelle de 7 000 jeunes issus de Quartiers prioritaires de la Politique de la Ville. Elle compte aujourd'hui 50 centre sportifs en activités dans 4 régions.

Pour que chaque jeune trouve le chemin de la réussite et de l’emploi, Sport dans la Ville a créé 3 principaux programmes :

  • L dans la Ville pour l’émancipation et l’insertion professionnelle de 1 770 jeunes filles de l’Association.
  • Job dans la Ville destiné à aider 1 640 jeunes, dès l’âge de 15 ans à réussir leur orientation et leur insertion professionnelle.
  • Le programme d’aide à la création d’entreprises Entrepreneurs dans la Ville, qui a permis depuis 2007 la création de 245 entreprises.

RDV sur leur site internet pour avoir plus d'informations.


Ovale Citoyen

Quand Ovale Citoyen a été créé en 2018, ces fondateurs pensaient uniquement à proposer à Bordeaux, une activité rugby pour des personnes en rupture de lien social et en accueil inconditionnel. Trois ans plus tard Ovale Citoyen est devenu une structure d’insertion par le sport et à donner naissance à Ovale Citoyen Event.

Faire du rugby un outil d’inclusion sociale et d’insertion professionnelle, tel est aujourd’hui la fonction première d’Ovale Citoyen 100% Insertion. En partenariat avec 6 clubs du TOP14 : UBB, Section Paloise, Racing92, Stade Français Paris, Stade Toulousain et Aviron Bayonnais, ceux sont chaque semaine des entrainements, des permanences juridiques et administrative et au travers REKONTI (Business Social Club) l’accès à des emplois et/ou des formations. Ce développement repose sur des appels à projet tel que « Tremplin, le parcours d’insertion républicain » initié par le Ministère de l’Intérieur.

Ovale Citoyen Event a pour mission la formation, la sensibilisation et la mise en œuvre de la lutte contre toutes les formes de discrimination. Que ce soit avec la Fondation CIO pour les Réfugiés dans le cadre de Paris2024 ou au travers le programme « Célébrons la diversité » de la Ligue Nationale de Rugby, c’est le sport dans toutes ses valeurs universels qui est mis en avant.

Découvrez-en plus sur leur Facebook.


Le Conseil National des Solutions

Samedi 16 octobre s'est tenu, à Paris Bercy, le premier Conseil National des Solutions - Sport, en marge du tournoi international de judo de Paris (« Grand Slam »). Il fait suite à l’appel de Grigny, poussé pour faire face à la suppression des emplois aidés (40 000 dont 20 000 dans le milieu sportif). Porté par le collectif de l'Appel du 14 novembre composé des maires de Roubaix, Allones, Grigny, Chanteloup et Garges-lès-Gonesse, l’éducation par le sport était au centre de cette première édition du Conseil National des Solutions. Les maires passant ainsi de « lanceurs d’alerte à lanceurs de solutions » comme le dit si bien Philippe Rio, Maire de Grigny.

De tous bords politiques, ces maires veulent développer la pratique sportive auprès des jeunes des zones défavorisées, à l’approche des jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.
En effet, les quartiers populaires possèdent en moyenne un tiers d’équipements sportifs de moins que le reste du territoire ce qui a pour conséquence un taux de licences sportives beaucoup plus faible dans ces quartiers que dans le reste du pays (11% contre 34%). D’autant plus que les inégalités se sont accrues avec la crise covid. Il s’agit donc d’une problématique importante, les quartiers populaires représentant 6 millions d’habitants.

L’objectif de ce Conseil National des Solutions était de faire converger les initiatives de terrain et les projets locaux. Plus de deux cents élus, responsables associatifs, sportifs et chefs d’entreprises se sont réunis ce samedi 16 octobre 2021.

Réaffecter des lieux inutilisés dans les quartiers pour y Installer des dojos (plan « 1 000 dojos pour 2024 ») est l’une des solutions phares proposée par les maires. Le premier dojo verra le jour à Nanterre (Hauts-de-Seine) dans un local associatif de 100 m2 qui est en train d’être réhabilité pour « les scolaires, les mamans du quartier, les jeunes judokas à la sortie de l’école », indique Sébastien Nolesini, directeur général de la Fédération Française de Judo.

Ces maires comptent également lancer les « Cités Olympiques », projet conçu sur le modèle des cités éducatives, qui était une des mesures du plan Borloo. Le but est de réunir autour d’une même table l’État, les collectivités et les associations pour développer au mieux la pratique sportive chez les plus jeunes. Rendre accessible les installations sportives des écoles en dehors du temps scolaire a été une idée évoquée pour aller dans ce sens.

Des membres du bureau et des adhérents de l’ANPSS ont pris part aux débats et ont pu intervenir lors de cette journée inédite. Brigitte Deydier, co-présidente de l'ANPSS, a par exemple pris la parole pour évoquer le travail réalisé par l'association et l'ensemble de son réseau, dont certains acteurs étaient présents comme Jean-Philippe Acensi, Rhyad Sallem et Larbi Liferki qui sont également intervenus.


Le séminaire de rentrée de l'ANPSS

Mercredi 15 septembre, quinze mois après la création de l’association, les nouveaux membres du conseil d’administration de l’ANPSS se sont réunis pour la première fois à l’occasion d’un séminaire organisé à l’Assemblée Nationale.  Ce temps de travail a permis à ces acteurs d’horizons différents de se rencontrer et de définir ensemble le périmètre d’action de l’ANPSS, ses actions à mener et la façon de les évaluer. Les participants au séminaire ont tout d’abord échangé autour de trois sujets : la raison d’être de l’association, sa vision, et les actions à développer.

Stéphane Viry (co-président de l’ANPSS) a tout d’abord pris la parole pour rappeler l’ordre du jour de cette journée à savoir travailler sur la feuille de route. Il a indiqué en introduction que la pensée de l’utilité et l’impact social du sport sont dorénavant dans le débat public, ce combat doctrinal est maintenant « remporté ».

Jean Philippe Acensi a ensuite rappelé le contexte historique de la création de l’association : créer le collectif qui réunit des associations, des collectivités, des fédérations et des entreprises sur le sujet de l’inclusion par le sport. Les objectifs sont d’impulser une politique nationale sur l’utilité sociale du sport et de créer une interface facilitant le dialogue entre l’État et les acteurs socio-sportifs…).

Après cette introduction, Les membres de l’association ont réalisé une rétrospective des 15 derniers mois en évoquant les diverses actions menées.

  • La première mission de plaidoyer, qui consiste à sensibiliser les acteurs institutionnels sur le sujet de l’inclusion par le sport, s’est matérialisée par le Grenelle de l’Éducation et de l’Inclusion par le Sport.

 

  • La seconde mission portée par l’association est l’accompagnement des acteurs de la PSS :
    • Tout d’abord, à travers l’accompagnement de sept fédérations sportives (Fédérations françaises d'athlétisme, de badminton, de basket-ball, de boxe, des clubs omnisports, de judo, et de tennis de table) par l’ANPSS, dans la mise en place d’un projet national d’inclusion par le sport (dans le cadre du Plan d’Investissement dans les Compétences). Son objectif : utiliser le sport comme levier d’inclusion professionnelle des jeunes en mettant en place un parcours vertueux dans des territoires en grandes difficultés. Le second but de ce projet est de créer une synergie collective et fédérale à l’échelle nationale.
    • Puis, à travers le Consortium Trajectoires, l’ANPSS participe également à développer la montée en compétences des associations. C’est un consortium de quatre associations membres de l’ANPSS (Élan sportif à Mulhouse, Unis vers le sport à Strasbourg, Parkour59 à Roubaix et Évasion urbaine à Torcy). Ce projet d’expérimentation vise à proposer des parcours de remobilisation et d’insertion socio-professionnelle faisant du sport un levier d’action et d’accroche avec les bénéficiaires les plus en difficulté âgés entre 16 et 29 ans.

 

  • L’ANPSS participe également à la montée en compétences des acteurs fédéraux en développant le métier d’agent de développement fédéral de la performance sociale du sport à travers la mise en place d’une offre de formation. Ces formations seront proposées et animées par l’ANPSS, et un réseau d’experts dès 2022.

 

  • Finalement, en termes d’animation du réseau de la performance sociale du sport :
    • l’ANPSS organise tous les mois des webinaires pour ces adhérents sur de multiples thématiques (Les leviers de subvention de l’ANS, Les Cités éducatives... L’objectif est d’accompagner les acteurs sur la connaissance des dispositifs et découvrir des nouvelles initiatives dans le domaine de la PSS.
    • L’ANPSS met également en place des ambassadeurs du réseau à l'échelle régionale dont l’objectif est d’accompagner le développement de la performance sociale du sport sur les territoires. Dès le dernier trimestre de l’année 2021, ils seront chargés d’organiser quatre réunions annuelles à l’échelle de leur territoire auprès des 5 régions identifiées pour lancer le programme autour de différentes thématiques.
    • Finalement l’ANPSS, en partenariat avec Profession Sport et Loisirs, propose à ses adhérents d’accueillir un ou plusieurs volontaires en service civique qui viendront soutenir l’équipe. C’est aussi l’occasion d’offrir un espace supplémentaire d’engagement citoyen et de démocratiser cette approche auprès des jeunes de 16 à 25 ans qui souhaitent réaliser une mission d’éducation et d’insertion par le sport.

Les différents échanges de cette après-midi ont mis en évidence le sport comme étant un « carrefour ». Il est vu comme l’un des vecteurs ou instruments d’autres politiques publiques telles que la santé, l’éducation, la citoyenneté, l’emploi, la politique de la ville au travers des équipements et la politique économique.


Comité Régional Sports Pour Tous des Pays de la Loire

Le Comité Régional Sports Pour Tous des Pays de la Loire (CR SPT) est un organe déconcentré de la Fédération Française Sports Pour Tous (FFSPT). Elle est agréée par le ministère de la Jeunesse et des Sports ainsi que par le ministère du Travail. Elle a obtenu la reconnaissance d'utilité publique en 1973.

La FFSPT est une fédération multisports qui privilégie le loisir sportif comme moyen d’éducation et de développement de la citoyenneté. Elle met à la disposition de tous les publics et de toutes les tranches d’âge un grand choix d’activités physiques et sportives adaptées (sports collectifs, différents types de gymnastiques, multiples formes de danses, activités en plein air…).

Les orientations du comité régional :

Le Comité Régional reste fidèle à l’objectif originel de la Fédération : rendre l’activité physique et sportive accessible au plus grand nombre dans une perspective d’utilité sociale. En poursuivant cette finalité, il confirme son attachement aux objectifs fondamentaux du mouvement en développant 4 axes principaux sont développés :

- Le suivi des clubs : ouvrir l’accès à une pratique de multisports pour tous les publics ;

- L'inclusion sociale par l'activité physique : accompagnement des publics en situation de précarité ;

- Les actions santé : programmes de prévention des chutes P.I.E.D. , pour personnes souffrant de maladies chroniques, sport sur ordonnance, Maison Sport Santé ;

- La formation professionnelle  : ils proposent des formations CQP et ALS (certificat de qualification professionnelle, animateur loisirs sportif).

Avec son projet d’inclusion sociale par l’activité physique, le Comité Régional Sports Pour Tous s’investit auprès des adultes en situation de précarité depuis 2008. Ce projet, aujourd’hui développé sur 8 territoires de la région des Pays de la Loire, permet aux bénéficiaires d’avoir une activité physique et sportive régulière et de devenir acteur de leur santé ainsi que du projet. Il s’agit d’un projet en collaboration avec d’autres structures sociales partenaires qui co-construisent les activités, les actions et participent au financement.
Le parcours d’accompagnement est composé en 3 parties :

  • Proposition d’ateliers de remobilisation par l’activité physique répondant aux besoins des adhérents ;
  • Accompagnement vers l’activité régulière (pratiquée en club ou de manière autonome) ;
  • Implication des adhérents dans l’organisation du projet (membres décisionnaires, accueil, accompagnement, témoignages, etc.).

L’objectif final de ce projet est de favoriser l’inclusion sociale des personnes démunies grâce à l’activité physique, en développant l’estime de soi par la prise en main de sa santé et l’implication dans l’organisation du projet.

RDV sur leur site internet et visionnez leurs vidéos pour en savoir plus.